Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 20:18

            La Tunisie, ce petit pays à la cime de l’Afrique, bordé du Nord et de l’Est par la Méditerranée, cette douce mer douée d’une salinité de seulement 37 grammes par litre, propice à la pullulation d’une multitude de joyaux comestibles, à la différence de la mer morte qui, pour ses 300 grammes de sel par litre, ne laisse augurer la présence d’aucun signe de vie. Mais aussi cette mer, octroyant 1300 kilomètres de côte, transforme le petit pays en une station balnéaire touristique générant des sommes rondelettes durant « la saison des moissons ». De Sud, le pays est couvert de dunes cachant non seulement des nappes d’eau souterraine encore inexploitables, mais également un gisement pétrolier doux, c’est-à-dire pourvu d’une faible teneur en soufre ce qui permet d’éviter les coûteuses procédures de raffinage liés à la réduction du taux de soufre. L’ouest fourré de réserves naturelles, notamment le fer et le phosphate, a suscité la gourmandise des Français qui ont profité de la politique ruineuse du Bey, infligeant des impôts exorbitants à une petite population bûcheuse, pour imposer une colonisation funeste maquillée en « protectorat sauveur ».

           La Tunisie est aussi ces terres généreuses du Nord-Ouest, où la pluie pleut à cordes, et les plaines des régions côtières riches en matières humiques, excellentes pour les cultures agricoles. La Tunisie, 3000 ans de civilisation, un pays qui a résisté aux épreuves du temps et fut, à travers l’histoire une proie aux prédateurs avides, galvanisés par l’appât de gain, le positionnement stratégique et l’élargissement du front pionnier. Pour sa position géographique idéale au sein de la méditerranée, et ce qu’elle procure d’alternance de quatre saisons, de commerce naval et d’échanges culturels, la Tunisie a séduit les tous les peuples,  partant d’Elissa, la princesse de Tyr qui a fui les Phéniciens pour se rendre à Carthage et construire, sur seulement une peau de bœuf malicieusement  élargie,  « la Ville Neuve », jusqu’à la colonisation française qui a dépouillé le pays de ses richesses au nom de la protection, passant par les conquêtes musulmanes qui ont fait de la Tunisie un campement pour répandre l’Islam en Europe. Sans que la liste soit exhaustive, l’empire romain, l’empire byzantin, l’empire ottoman, mais aussi les arabes et les espagnols ont déplacé leurs troupes pour s’accaparer des réserves de la Tunisie, appelée Ifriqiya dans le temps. Que ce soit pour des raisons économiques, religieuses ou militaires, tout le monde s’acharne pour la presser comme un citron.

           Aujourd’hui, les indigènes du pays spolient leurs propres ressources. Qui paye la dette ? C’est à un peuple pacifiste de passer sous les fourches caudines d’un engourdissement de conscience. Un Eldorado, une véritable mine d’or est transformée en un méprisable ghetto refoulant les jeunes désespérés qui n’hésitent pas à braver les vagues scélérates dans l’espoir de joindre les rives italiennes, xénophobes et, de plus en plus, inaccessibles. Les Tunisiens n’ont pas la mémoire d’éléphant. Ils ont oublié que les Italiens ont couru, autrefois, un risque suicidaire afin d’atterrir sur le sol carthaginois, dit « maudit » à l’époque. Le projet d’établissement d’une colonie romaine sur les ruines de Carthage a coûté à son auteur Caius la peine capitale. La plus grande spoliation de la Tunisie remonte à l’ère des guerres puniques, un antagonisme d’intérêt qui a opposé l’empire carthaginois à la république romaine qui convoitait irrésistiblement la Sicile, propriété du Métropole Carthaginois à l’époque. Des exactions exacerbées étaient commises par les Italiens notamment à l’encontre des habitants de Syracuse et Locres pendant les moments de trêve. À l’issue de la guerre, Carthage fut rasée et la flotte de Scipion, encombrée de prises, rentra à Rome. Sicile fut expropriée à jamais par les Italiens. C’est la plus grande confiscation des terres que la Tunisie ait connue dans son histoire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Achref Snoussi
commenter cet article

commentaires